Jeudi 17 juillet 2014 4 17 /07 /Juil /2014 21:22

donetsk.jpgAprès la chute de Slaviansk, il semble que les milices d'auto-défense du nord du Donbass (Armée du Donbass) se soient repliées sur les capitales Donetsk et Lougansk où elles ont tenu en échec l'offensive du régime putschiste de Kiev le weekend dernier. Mercredi une offensive a été lancée sur une ligne Amvrosiivka-Saur-Mogila-Snizhne-Sverdlovsk où l'armée ukrainienne dont le moral est assez bas serait en grande difficulté bien qu'elle soit plus nombreuse. Elle aurait abandonné aujourd'hui les villages Sabovka, Govoruha et Georgievka près de Lougansk.

 

ukr.gif

Au nombre des succès de l'armée populaire de Donetsk déjà il y a huit jours l'élimiation du bataillon de volontaires nazis "Azov" financé par l'oligarque Kolomoisky avec l'argent de la Privat Bank sur les hauteurs de la colline stratégique Saur-Mogila.

 

Aujourd'hui un Boeing 777 de Malaysia Airlines s'est écrasé dans la région de Donetsk avec 295 personnes à bord. Le régime de Kiev et la République populaire de Donetsk se sont rejetées mutuellement la responsabilité de cette tragédie.  A 19h40 aujourd'hui BFM TV interviewait à 19 h 40 un soi disant spécialiste de l'armement qui immédiatement mettait en cause les "terroristes" sécessionnistes sur la base d'un post sur le Net du colonel Igor Strelkov, et révélait ensuite son activisme aux côtés du mouvement Euromaidan (ce qui du coup discréditait largement la neutralité de son "expertise"). Le vice-premier ministre de la République populaire autoproclamée de Donetsk (seulement reconnue par l'Ossétie du Sud) Andriy Pourgine a promis que la boîte noire sera transférée à Moscou pour examen selon Interfax. Le premier ministre Alexander Boroday a annoncé que des experts internationaux seraient autorisés à enquêter sur place. Il a insisté sur le fait que son armée n'a pas les moyens d'abattre un avion à 10 000 mètres d'altitude. Les médias occidentaux mettent en cause des missiles sol-air BUK.

 

Devant ces revers militaires, les Occidentaux accentuent la pression sur Moscou et accusent la Russie d'effectuer ou de laisser effectuer des tirs de roquettes depuis son territoire. Les Etats-Unis ont étendu hier mercredi leurs sanctions économiques mercredi à des groupes comme Gazprombank, Novatek et Rosneft ainsi que les interdictions de visas à diverses personnalités.Le Conseil européen a fait de même hier, appuyé aujorud'hui par une délibération du Parlement européen par 497 voix contre 121 et 21 abstentions.

 

FD

Par Atlasaltern - Publié dans : Europe de l'Est - Russie - Communauté : Géopolitique
Voir les 0 commentaires
Vendredi 11 juillet 2014 5 11 /07 /Juil /2014 23:39

L'histoire commence en mars 2009, le pasteur américain Scott Lively et deux autres évangélistes antigay donnent des conférences à Kampala. Ils inspirent le parlementaire ougandais David Bahati, qui , ix mois plus tard, a présenté pour la première fois sa proposition de loi antihomosexualité devant la chambre des représentants. En mars 2010, Scott Lively est entendu par le Parlement ougandais en tant qu’expert “du problème homosexuel”. Marie Turcan dans les Inrockuptibles il y a peu sur la base du documentaire  de Roger Ross William "God Loves Uganda", explique comment le très riche groupe religieux évangélique américain The Family lié aux Républicains étatsuniens et dont fait partie le président ougandais Yoweri Museveni a servi de socle à cette législation anti-gay finalement adoptée en février 2014.

 

musew.jpgEn réplique à cette législation issue de l'ingérence des conservateurs évangélistes américains dans la vie sociale de l'Ouganda, une ingérence dans l'autre sens a été déclenchée dans les pays riches. Une pétition a été adressée à John Kerry pour interdire de visa le ministre des affaires étrangères ougandais Sam Kutesa qui venait d'être élu président de l'assemblée générale des Nations-Unies, une député européenne libérale a demandé le 13 juin à la baronne Ashton de s'élever contre la nomination de Kutesa. Le 19 juin Washington décidait non seulement de priver de visas des personnalités du régime ougandais, de suspendre des exercices militaires dans ce pays mais aussi de se désengager du financement de programmes médicaux utiles à la population, tandis que la banque mondiale retardait l'approbation d'un prêt de 90 millions de dollars destiné lui aussi au système de santé. Le Danemark, la Norvège, les Pays-Bas et la Suède ont aussi suspendu leur aide pour protester contre la criminalisation de l'homosexualité à Kampala. En février le secrétaire d'Etat John Kerry avait comparé cette criminalisation au nazisme et à l'apartheid, et la candidate démocrate à l'élection présidentielle Hillary Clinton a annoncé dans son dernier livre "Hard choices" qu'elle suivait de près le cas de l'Ouganda et ferait de l'action contre les pays à législation homophobe une de ses priorités.

 

Yoweri Museveni qui, dès le moment où il a signé la loi litigieuse, connaissait le risque de sanctions, a affiché depuis lors une indifférence face à ce danger. Mais selon un porte-parole de la mission économique américaine en Ouganda, l'aide publique totale des Etats-Unis à ce pays en 2013 est égale à l'ensemble du budget des minitères de la santé, de l'agriculture, du commerce et de l'industrie réunis, ce qui constitue un outil de pression considérable. Idi Amin Dada a été renversé en avril 1979, sept mois après que l'administration Carter ait pris des sanctions contre son pays. Beaucoup tracent un parallèle avec ce qui pourrait arriver désormais à Museveni, qui est censé rencontrer Barack Obama le mois prochain.

 

Frédéric Delorca

 

 

Par Atlasaltern - Publié dans : Afrique de l'Est - Grands lacs - Communauté : Media - Actualité générale
Voir les 0 commentaires
Lundi 7 juillet 2014 1 07 /07 /Juil /2014 22:21

800px-palestinian_flag_svg.png Le 2 juillet après l'assassinat par de trois élèves d’une école juive religieuse, un adolescent palestinien de 16 ans, Mohammad Abou Khdeir, a été à son tour tué (brûlé vif) et son cousin (15 ans) a été sauvagement passé à tabac par la police israélienne à Jérusalem. Israël mène une vague massive d’arrestations et d’assaut à travers toute la Cisjordanie.

 

Par l’entremise des ser­vices de ren­sei­gnement égyp­tiens, le Hamas qui a intégré un gouvernement d'unité nationale avec le Fatah semble néanmoins engagé dans une logique de désescalade et ce depuis l’enlèvement le 12 juin de trois jeunes Israé­liens. Le gouvernement israélien, malgré des pressions internes en faveur d'une campagne de bombardement sur Gaza, a jusqu'ici temporisé mais les tirs de 60 projectiles depuis la bande de Gaza aujourd'hui ont conduit au déploiement de troupes à la frontière. Le Hamas affirme que les tirs de projectiles répondent à l'assassinat de sept de ses responsables militaires la nuit dernière.

 

Israël n'a pas caché que la campagne militaire lancée après le 12 juin "Brother’s Keeper" avait pour but de briser l'accord Hamas-Fatah d'avril 2014. De nombreuses questions entourent encore l'enlèvement et l'assassinat des trois jeunes isréaliens à l'origine de la montée des tensions. Par exemple le quotidien algérien "Liberté"  le 24 juin 2014 qualifiait déjà ce rapt de "coup monté".

 

2-poids-2-mesures.jpg

Par Atlasaltern - Publié dans : Proche-Orient - Communauté : Actualité+
Voir les 0 commentaires
Lundi 7 juillet 2014 1 07 /07 /Juil /2014 22:05

Samedi 5 juillet, près de 2.000 membres des brigades populaires opérant dans le sud-est de l'Ukraine ont quitté les villes de Slaviansk et Kramatorsk dans le nord de la région de Donetsk. Puis, l'armée ukrainienne, malgré les appels au cessez le feu de Moscou et de Washington, a pris le contrôle des villes d'Artëmovsk et de Droujkovka de la même région. Le principal chef des milices de Slaviansk Igor Strelkov a accusé Vladimir Poutine sur Twitter de ne pas avoir tenu sa promesse d'aider les russophones ukrainiens (ce qui intrigue le Wallstreet Journal), mais a annoncé une contrattaque.

 

Le nouveau ministre ukrainien de la Défense Valeri Gueleteï du régime putschiste de Kiev a annoncé à la tribune du Parlement juste après sa nomination le 3 juillet un prochain "défilé militaire de la Victoire à Sébastopol ukrainienne", c'est à dire la prochaine reprise manu militari de la Crimée rattachée à la Russie. En attendant les arrestations arbitraires commencent à Slaviansk, et le Parlement de Kiev (Verkhovna Rada) a enregistré un projet de loi qui autorise à priver de la citoyenneté ukrainienne les citoyens ayant participé à des activités séparatistes.

 

Sur les crimes de guerre imputés au régime de Kiev voir la vidéo ici :

 

 

Par Atlasaltern - Publié dans : Europe de l'Est - Russie - Communauté : Actualités Internationales
Voir les 0 commentaires
Mardi 24 juin 2014 2 24 /06 /Juin /2014 04:43

nepalflag.jpg Un rapport "Diagnostic de la croissance népalaise" co-édité par le gouvernement népalais et la Millennium Challenge Corporation (un organe gouvernemental américain très soutenu par Obama en ce moment) déplore que l'instabilité politique au Népal ne permette pas de mettre en oeuvre les investissements publics nécessaires au développement du pays. Le rapport regrette notamment qu'un quart du revenu de l'industrie soit perdu du fait des coupures d'électricité, dénonce les goulets d'étranglement en matière de transports, et le fait que les syndicats alignés sur les partis politiques organisent des grèves de solidarité avec eux. Le rapport est dans la lignée de la baisse de 15 % de l'aide bilatérale américaine au Népal annoncée en mars, diminution budgétaire pour le troisième année consécutive.

 

Le Népal reste sous un régime d'assemblée constituante et toujours aucune constitution définitive n'a été adoptée.

 

De leur côté, après une défaite humiliante aux élections du 19 novembre à l'assemblée constituante, 4 des 5 factions maoistes népalaises (sans le CPN Maoist CP - on utlisera ici les acronymes anglais), UCPN-M (le principal parti des 4), CPN-M, Matrika Yadav-led CPN(M) et Mani Thapa-led Revolutionary Communist Party ont décidé de se fédérer face au Nepali Congress qui ne cesse de remporter toutes les élections intermédiaires y compris dans les fiefs maoïstes.

 

Par Atlasaltern - Publié dans : Sous continent indien - Communauté : Actualités Internationales
Voir les 0 commentaires
Lundi 23 juin 2014 1 23 /06 /Juin /2014 22:41

Bien qu'il ne soit pas encore intronisé officiellement comme président de la République, l'ancien guérillero Sánchez Cerén du Front Farabundo Marti de Libération nationale a entamé (FMLN) les démarches pour que son pays le Salvador intègre l'alliance caribéenne de vente de pétrole à paiement différé promue par Cuba et le Venezuela Petrocaribe (qui déjà coopérait avec les mairies dirigées par le FMLN). Le président espère obtenir dans cette opération une économie de 640 millions de dollars par ans qu'il consacrera au financement de programmes sociaux dans le pays. Il avait également annoncé pendant la campagne électorale son intention d'intégrer l'Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA)

 

Le Salvador comme le Honduras et le Guatemala est gangrainé par la pauvreté, la violence (malgré les engagements d'aide des Etats-Unis) et le règne des narcotraficants (beaucoup de ses ressortissants, comme de ses deux voisins, vont d'ailleurs trouver refuge au Nicaragua sandiniste).Il est le 4ème pays au monde pour le taux d'homicides pour 100 000 habitants (41), derrière le Honduras, le Venezuela et le Belize, (contre un taux de seulement 12 au Nicaragua, et 5 à Cuba). Mais des mesures positives sont adoptées par la coalition de gauche : comme la réforme consitutionnelle reconnaissant l'existence des nations indigènes il y a 10 jours, un projet de réforme fiscale (à laquelle le patronat réplique en demandant la création de zones franches), la poursuite du programme Ciudad mujer en faveur des femmes, l'amplification des politiques en faveur du troisième âge.

 

 

Par Atlasaltern - Publié dans : Amérique latine-Caraïbes - Communauté : Actualités Internationales
Voir les 0 commentaires
Lundi 23 juin 2014 1 23 /06 /Juin /2014 18:17

Dans un pays soumis au règne des milices, les Libyens sont appelés à élire mercredi leur chambre des représentants appelée à succéder au congrés général national élu en 2012.

 

Le général rebelle en retraite Khalifa Haftar qui a pris en charge dans l'Est du pays la guerre contre les islamistes a menacé les ressortissants turcs et qataris accusés d'être complices des djihadistes et leur a ordonné de quitter le pays. La rumeur le dit soutenu par l'Egypte (où vient de se rendre John Kerry) et par les Occidentaux.

 

Franck Pucciarelli, porte-parole en France des partisans du défunt dictateur Mouammar Kadhafi (dont la télévision Green TV émet désormais d'Egypte sous la protection d'Al-Sissi), interviewé par Mondafrique, estime qu'Haftar est en fait allié de l'ex-premier ministre Ali Zeidan et de l'islamiste Abdelhakim Belhadj.

 

Par ailleurs cette semaine Human Rights Watch attire l'attention de l'Union européenne sur la situation des 3 millions de migrants clandestins d'Afrique subsharienne présents en Libye. 6 000 d'entre eux seraient entassés dans des centres de rétention, soumis au fouet, à la torture, les fouilles à nu avec pénétration pour les femmes (The Gardian).

 

Par Atlasaltern - Publié dans : Maghreb - Afrique occidentale - Communauté : Les relations Europe Afrique.
Voir les 0 commentaires
Dimanche 22 juin 2014 7 22 /06 /Juin /2014 13:10

En réplique à la politique répressive du gouvernement de Bagdad à dominante chiite dirigé par le premier ministre Nouri Al Maliki, les milices djihadistes  sunnites d''Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL/Da'esh, affilié à Al-Qaïda) ont pris Mossoul dans le nord du pays et entamé une marche sur la capitale. Leurs succès s'expliquent largement par la présence dans leur coalition d'anciens cadres du parti de Saddam Hussein (et leurs troupes) dont notamment l'ancien vice-président de Saddam Hussein Ezzat Ibrahim al-Dour et par les financements en provenance d'Arabie Saoudite. L'influence du Baas aurait notamment permis la défection massive des militaires légalistes dans la défense de Mossoul.


Ainsi le Baas renoue avec une stratégie d'alliance avec des alliés des Occidentaux qu'il avait déjà mise en oeuvre contre le parti communiste irakien dans les années 1960.

 

L'Irak comme la Syrie sont désormais menacés d'éclatement suivant des lignes confessionnelles (la tribu Dulaim, 3 millions de membres, prône d'ailleurs offciiellement la parttion), Da'esh ayant détruit physiquement la frontière entre les deux pays.

 

Tirant profit de la débandade des troupes gouvernementale dans les régions de Ninive, de Salaheddine et de Diyala, les troupes du gouvernement autonome kurde (peshmerga )se sont emparés des « territoires disputés ». Les turkmènes irakiens dont une ville (chiite) a été prise par EIIL ont créé une milice d'autodéfense.

 

Confrontés au chaos directement produit par leur politique, les Etats-Unis ont dû annoncer l'envoi de 300 "conseillers militaires" pour la protection de leur ambassade (une des plus grandes de leur dispositif diplomatique) à Bagdad. Officiellement ils soutiennent encore Al-Maliki, tout comme Vladimir Poutine. Il n'est pas impossible cependant que les Etats-Unis, alliés de la Turquie et de l'Arabie saoudite qui ont soutenu Da'ersh, et dont les services secrets connaissent bien les cadres de Da'esh (dont bon nombre ont combattu en Libye) aient pour le moins laissé faire l'offensive qui menace aujourd'hui un gouvernement jugé trop proches de Téhéran.

 

Les ministres des Affaires étrangères d'Arabie saoudite et de Russie ont évoqué le samedi 21 juin à Djeddah les conflits en Syrie et en Irak, qui les divisent, en insistant toutefois sur la nécessité de préserver l'intégrité territoriale de ces deux pays.

 

En Syrie le 4 juin l'aviation et l'artillerie gouvernementales ont frappé les positions de Da'esh entre les champs de Rankous et Qalamoun.

 

FD

Par Atlasaltern - Publié dans : Proche-Orient
Voir les 0 commentaires
Vendredi 20 juin 2014 5 20 /06 /Juin /2014 19:24

great_seal_of_the_us.pngLa Maison d'édition du Peuple chinoise vient de publier un livre "Comment les Etats-Unis surveillent la Chine" dénonçant les activités de surveillance menées par les Etats-Unis à l'encontre de la Chine et d'autres pays (Xinhua). Selon les autorités chinoises les Etats-Unis sont engagés dans des cyber-attaques de grande ampleur contre la Chine, visant notamment les dirigeants du pays et l'entreprise de télécommunications Huawei. Déjà il y a un an le repenti de la CIA Edward Snowden avait fait état des attaques américaines contre l'université de Tsinghua à Pékin et contre le QG des fibres optiques asiatiques Pacnet basé à Hong-Kong.

 

navstar-2.jpgLe rédacteur en chef du site Esprit corsaire dans sondernier article sur la doctrine militaire des Etats-Unis soulignait l'importance de la cyber-guerre dans ce dispositif et rappelait que "c’est l’un des chevaux de bataille de madame Hilary Clinton, qui se prépare à être candidate démocrate à la prochaine élection présidentielle américaine".

 

En septembre 2013, le Washington Post avait fait état, toujours sur la base des fuites de Snowden, de 231 "cyber-opérations offensives" en 2011 principalement menées contre la Russie, la Chine, l'Iran et la Corée du Nord dans le cadre du projet "Génie". Ces opérations impliquent parfois des actions sur le terran, des agents de la CIA allant directement placer sur les ordinateurs des appareils ou des logiciels malveillants.

 

Les centrales nucléaires iraniennes, déjà très attaquées à l'époque de Bush, ont été récemment visées par le virus Stuxnet. La cyber-guerre contre l'Iran prend des aspects directement sanglants puisque le responsable du hacking iranien, Mojtaba Ahmadi, a été retrouvé assassiné dans un bois près de Karaj au nord ouest de Téhéran en octobre dernier.

 

C'est un des aspects de la guerre ciblée, invisible et omniprésente entretenue aux quatre coins du monde par le gouvernement américain notamment depuis le 11 septembre 2001.

Par Atlasaltern - Publié dans : x - Ingérence impérialisme global - Communauté : Géopolitique
Voir les 0 commentaires
Mardi 17 juin 2014 2 17 /06 /Juin /2014 21:37

maliLe Collectif pour la défense de la République (CDR), qui regroupe plusieurs associations maliennes, appelle, depuis le début du mois de juin, à boycotter les produits français et suisses. Ce groupe estime que que « deux tiers » des dirigeants politiques du MNLA (Mouvement national de libération de l'Azawad) détiennent des « passeports diplomatiques » ainsi que le statut de « réfugié politique » dans ces deux pays. Le MNLA n’est que l’ « instrument » de la France et notamment de la Suisse qui profite de ce mouvement comme « carte de négociations pour des marchés, des contrats ou des lois économiques et financières lors des négociations futures au sein de l’OMC », a déclaré son porte-parole Mohamed Youssouf Bathily. En 2012, le journal suisse Le Temps avait évoqué une collusion entre la Suisse et le MNLA, indiquant que « le Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE) a participé à l’organisation et au financement d’une réunion politique des rebelles touaregs indépendantistes du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) les 25, 26 et 27 juillet (2012) à Ouagadougou », selon Maliactu (Afrik.com).

 

A Kidal, circulent désormais des coupures de billets de banque portant les effigies et symboles de la «République de l’Azawad». Jeudi dernier l'armée française a été accusée de s'être retirée d'Aguelhok en laissant l'armée malienne et les troupes tchadiennes (qui ont déjà perdu une cinquantaine d'hommes sur le théâtre des opérations) face au MNLA et de leurs alliés djihadistes, lesquels contrôlent aussi l'essentiel de la région de Gao (La Sentinelle).

 

F. Delorca

Par Atlasaltern - Publié dans : Maghreb - Afrique occidentale - Communauté : Géopolitique
Voir les 0 commentaires

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés