Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

blog-expert-public.jpg

 

Recherche

3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 19:46

Le président de l'Union des Comores Ahmed Abdallah Sambi a nommé dans la nuit de mardi à mercredi 26 mai un gouvernement d'intérim, à la veille de la fin théorique de son mandat présidentiel, a-t-on appris de source officielle.

 

La prolongation du mandat de M. Sambi a suscité la colère des habitants de Mohéli à qui revient normalement le tour d'assurer la présidence de l'Union des Comores, en vertu du principe de la présidence tournante entre les îles de Grande Comore, Anjouan et Mohéli.

 

Le 31 mai des membres de la communauté comorienne de France ont constitué un gouvernement d'union nationale en exil pour obtenir le départ du président Ahmed Abdallah Sambi, et en appellent à la France pour mettre fin à la crise politique de l'archipel.

 

Selon un communiqué, ce gouvernement en exil a été constitué à l'initiative des partis Mwashiwa et Jirma (Jeunesse Initiée et Rassemblée en Mouvement pour Anjouan), ainsi que des femmes mohéliennes de France. Composés de onze membres, tous originaires des trois îles de l’archipel (Anjouan, la Grande Comore, Mohéli), ce gouvernement en appelle à la France, « le pays mère » pour sortir de la crise politique.

 

Le 1er juin il était aussi question de la création d'un gouvernement dissident sur l'île de Mohéli, de sorte que l’armée comorienne a dressé mardi des barricades dans la région centre de l’île et a quadrillé les rues de Fomboni, le chef-lieu.

 

Le président sortant aurait pour sa part eu recours à l'aide libyenne pour sa sécurité.Selon Jeune Afrique, il pourrait aussi compter sur le soutien diplomatique de l'Iran et des monarchies du Golfe.

 

Des étudiants mohéliens ont quant à eux hissé le 1er juin le drapeau de l'ancien colonisateur français sur le site de l'Université de Mvuni sans qu'on connaisse la finalité véritable de cette provocation.

 

La France a récemment renforcé sa présence à Mayotte (île qui selon l'ONU devrait aujoud'hui faire partie des Comores) qu'elle a décidé de transformer en département d'Outre-mer en 2011. La zone présent un intérêt économique du fait de ses réserves en gaz et pétrole, mais surtout stratégiques. 1 500 militaires français y sont basés. Mayotte permet de garder sous contrôle Madagascar, Maurice, les Seychelles et les Comores et surveiller le commerce maritime qui représente 90% des échanges commerciaux intercontinentaux. b52.jpg

 

C’est à partir de la base de l’île de Diego Garcia dans l’océan indien que les Etats-Unis ont bombardé l’Irak pendant la première guerre du golfe et l’Afghanistan après l’attaque du 11 septembre. Les forces occidentales ont quadrillé les régions pétrolifères de l’Afrique. La France et les Etats-Unis, de concert, contrôlent les routes maritimes et enserre l’Asie centrale grâce à l’installation de bases militaires à Abou Dhabi, Diego Garcia, La Réunion ; Djibouti, Mayotte (voir le blog d'Eve Ressaire à ce sujet). Les Etats-Unis en 2008 avaient manifesté leur intérêt pour les Comores en y dépêchant leur secrétaire d'Etat adjoint aux affaires africaines Mme Jendayi Fraze. Ils ont d'ailleurs participé à une médiation avec la France et l'Afrique du Sud à Anjouan cette même année.

 

Anjouan en 1997 avait demandé à rejoindre la France. L'apparition de drapeaux français à Mohéli ces derniers jours pose la question du rôle de la France dans cette crise. La presse présente l'ancien colonisateur comme étant en retrait et laisse entendre que les initiatives pro-françaises des Mohéliens ne seraient pas provoquées de l'extérieur.

 

L'Union africaine a en tout cas dépêché un commissaire à la paix et la sécurité afin de favoriser une solution sans ingérence des puissances occidentales.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires