Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

blog-expert-public.jpg

 

Recherche

15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 10:37

obama.jpg

Après la France et le Royaume-Uni, et sous les encouragements de l'ex-président Bill Clinton, les Etats-Unis se sont ralliés à l'idée d'armer les rebelles syriens, à l'heure où le gouvernement de Bachar El-Assad est en train de remporter des victoires décisives contre celle-ci. La décision aurait été prise bien avant le prétexte de la soi-disant utilisation d'armes chimiques par les forces gouvernementales. La nomination  de la très interventionniste ambassadrice à l'ONU Susan Rice (celle qui avait qualifié le véto russo-chinois de "dégoûtant") au conseil national de sécurité par Obama (elle sera remplacée à son poste par la non moins interventionniste Samantha Power) avait donné le "la" au début du mois de l'orientation de l'administration étatsuniennes. Cette orientation pourrait aussi être un exutoire aux révélations sur le programme de surveillance Prism mis au point par la National Security Agency (NSA) par l'informaticien Edward Snowden.

 

syrie.pngLa décision a suscité des réactions négatives de la part d'autorités d'ordinaire bienveillantes à l'égard de Washington comme le secrétaire général des Nations-Unies ou le gouvernement allemand.

 

Selon l'expert Christopher Harmer dans USA Today, les armes seront livrées à la Turquie par avion, puis transiteront par camion ou par train jusqu'à la frontière turco-syrienne. Les obstacles techniques à la mise en oeuvre des livraisons d'armes sont nombreux, notamment quant aux moyens d'éviter qu'elles tombent entre les mains d'Al Nosra et Al Qaida.

 

Les Etats-Unis envisagent aussi de mettre en oeuvre une zone d'exclusion aérienne sur le modèle libyen de 2011. Le projet pourrait s'appuyer sur la Jordanie qui s'est dotée récemment de missiles Patriot, tandis que la Turquie, agitée par des révoltes, n'est plus un partenaire assez stable pour ce genre d'opération.

Partager cet article

Repost 0
Published by Atlasaltern - dans Proche-Orient
commenter cet article

commentaires