Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

blog-expert-public.jpg

 

Recherche

1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 23:13

Dans un contexte où le président français Sarkozy s'est employé à vanter les bienfaits du colonialisme, et à durcir son discours à l'égard des immigrés et Français issus de l'immigration postcoloniale, diverses initiatives ont été prises récemment en Algérie qui témoignent de la vivacité du sentiment anti-colonial.
tunisie_115.jpg
Comme le rappelle Jeune Afrique, le 13 janvier 2010, Moussa Abdi, élu du Front de libération nationale (FLN), a présenté à l'assemblée nationale populaire algérienne un texte demandant la criminalisation du colonialisme. Cette proposition de loi si elle avait été adoptée aurait pu entraîner la création de juridictions spéciales chargées de juger les responsables politiques et militaires français pour les crimes de guerre perpétrés entre 1954 et 1962, et pour les crimes contre l’humanité qui auraient eu lieu durant la longue période coloniale (cent trente-deux ans de présence française en Algérie). En plus des excuses demandées à ­l’ancienne métropole et de la reconnaissance du « génocide », des compensations financières comme ce que la Libye a obtenu de l'Italie auraient été exigées. Le texte était soutenu par 125 députés (sur 389) du Rassemblement national démocratique (RND) du Premier ministre Ahmed Ouyahia, le Mouvement pour la société de la paix (MSP, islamiste) et El Islah. 

En janvier M. Abdi avait annoncé sa ­volonté d’associer les parlementaires des autres anciennes colonies ou protectorats français (Maroc, Tunisie) au projet de ­criminalisation de la colonisation. Des élus algériens parmi les ­signataires de la proposition de loi se sont rendus au Vietnam la première semaine de février. Selon le quotidien algérien El Watan, la proposition « a été accueillie froidement » à Hanoi, et en Algérie-même la direction du FLN ne paraissait guère favorable au vote de la proposition de loi de M. Abdi. Des médias kabyles ont dénoncé aussi une opération "populiste" de l'aile conservatrice du FLN. Il semble que les partis de gauche algériens comme le Parti des travailleurs, le Rassemblement pour la culture et la démocratie (représentés à l’APN) ainsi que le Front des forces socialistes (sans députés) ne soutenaient pas cette initiative. Louisa Hanoune, la secrétaire générale du Parti des travailleurs, le 13 février à Zéralda, lors de son rapport d’ouverture des travaux de la commission nationale des élus de son parti, a émis des réserves sur le fond, la forme et l’opportunité même du projet de M. Abdi, s’interrogeant au passage sur ses dessous et ses desseins et laissant entendre que le «timing» choisi pour cela ne serait pas étranger à le tenue du 9e congrès du FLN. Elle n'a cependant pas attaqué le fond du texte, espérant même sur un ton ambigu "que ce projet survivra au prochain congrès du FLN".Le député RCD, Noureddine Ait Hamouda, a jugé le projet inutile « parce que les initiateurs n’ont pas la légitimité nécessaire pour mener un projet de cette envergure ». Le 19 février le projet a finalement été retiré sous la pression du président Bouteflika, qui aurait été sensible aux menaces de Paris quant aux effets d'une telle loi sur les relations diplomatiques et économiques bilatérales. Il n'est pas absolument évident toutefois que le projet soit définitivement enterré par ses initiateurs.

La France reste par ailleurs sur la sellette en ce qui concerne les essais nucléaires qu'elle a réalisés dans le Sahara entre 1960 et 1966. Le 13 février, l’avocate Fatma ­Benbraham a ­annoncé qu’elle disposait de ­suffisamment de preuves pour attaquer devant les tribunaux internationaux la France pour génocide. « Un rapport militaire ­français relève la présence au moment des expériences nucléaires de quelque 40 000 ­habitants dans cette région, entre nomades et sédentaires, explique-t-elle. Cela ­contredit la version officielle soutenant que les essais ont eu lieu dans des zones sans vie, comme l’avait promis le représentant de la ­France aux Nations unies en 1957. » 

Dans un autre registre, le discours anticolonialiste au Maghreb s'est également déployé récemment à Bir Lahlou, en plein désert, 64 km à l’est du “mur de la honte” érigé par les Marocains au début des années 80, et qui sépare les territoires occupés des territoires sahraouis, où le Front polisario a célébré l’an 34 de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD). S'étaient déplacés jusqu'à cette bourgade inhospitalière l’ambassadeur de Cuba à Alger, Eumelio Caballero Redriguez, et celui du Venezuela, Michel Mujica, le chargé d’affaires de l’ambassade de l’Afrique de Sud à Alger, une forte délégation venue de Pretoria, composée des responsables de l’ANC, du Parti communiste et des représentants des syndicats, le président de la commission de travail au Parlement nigérian, des universitaires, des représentants du mouvement ouvrier et d’étudiants de ce pays. D’autres pays africains qui ont combattu armes à la main le colonialisme étaient également représentés tels que le Mozambique, le Ghana, l’Angola, la Guinée-Bissau. L’Algérie était représentée par le Comité national de solidarité avec le peuple sahraoui. Les Africains ne connaîtront pas la paix et le repos tant qu’il y a un peuple africain sous le joug de la colonisation. » a déclaré le représentant de l'ANC paraphrasant Nkrumah.

Partager cet article

Repost 0

commentaires