Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

blog-expert-public.jpg

 

Recherche

29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 11:24

Le 28 mai dernier, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, qui s'exprimait lors d'une visite au Niger où des kamikazes ont attaqué une mine d'uranium françaises la semaine dernière, a déclaré qu'il y avait des signes que le Sud de la Libye (le Fezzan) livré à l'anarchie devenait un refuge pour les groupes islamistes dans le Sahara et  a appelé les pays limitrophes africains à mener une action concertée dans cette zone (Reuters).

 

Sahelistan, le dernier livre de Samuel Laurent, un employé de sociétés privées qui fut pratiquement le seul Occidental en 2012 à sillonner le Fezzan libyen, décrit assez bien le chaos qui y règne sous les houlette des milices, et le nettoyage ethnique silencieux qui s'y déroule dans l'indifférence générale des médias occidentaux qui ont soutenu l'ingérence de Sarkozy contre le régime kadhafistes.

 

Notamment sur la base d'une enquête sur place et du témoignage de Douna, chef de la brigade 17.2 Gatrun rencontré en mai 2012 par le biais du beau-frère d'un assistant d'Abdejhakim Belhaj (ex gouverneur militaire de Tripoli), Laurent explique qu'alors que les Toubous (Africains noirs que les Libyens assimilent à des Tchadiens) ont participé à l'insurrection anti-Kadhafi (notamment la prise de la base militaire de Louer par le colonel Barca mi-juin 2011), ils ont été dénoncés comme complices de l'ancien régime par la tribu arabe des Ouled Slimane majoritaires à Sebha qui ont commis des exactions à leur égard. Après avoir mis à sac les casernes et saisi les armes, ils contrôlent Radio Sebha et en 2012 appellent régulièrement au "djihad contre les Toubous", pourtant musulmans comme eux, "avec une méthode et une rigueur qui rappellent la radio des Mille Collines au Rwanda" (p. 113). Le quartier Tayouri, bidonville sans eau courante ni électricité peuplé uniquement de civils toubous est régulièrement pris pour cibles par les canons et les mortiers des Ouled Slimane. A Zoufra près de la frontière égyptienne et soudanaise, les Toubous sont la cible de la tribu arabe des Zouayis (anciens alliés des Italiens à l'époque coloniale comme les Ouled Slimane, qui ont quitté la Libye lors de l'indépendance puis qui ont reconquis du pouvoir en Libye à partir des années 70). Les Ouled Slimane et les Zouayis, protégés par Kadhafi, ont joué les révolutionnaires à partir de 2011 tout en traficant (cigarettes, drogue, immigrants clandestins, contrefaçon) avec AQMI. Et cela avec la complicité du conseil national de transition libyen (gouvernement fantoche de la Libye porté à bout de bras par Bernard-Henry Lévy) qui nomma Abou Wahab Hassain Qaid, responsable de la sécurité de la frontière sud ... alors qu'il était le frère d'une étoile montante d'Al Qaida...

 

Samuel Laurent montre aussi comment les routes des trafics d'arme et de drogue passent désormais par la Libye du Sud où aucun contrôle n'existe. La dernière loi d'épuration des anciens kadhafistes votée sous la pression des milices islamistes assiégeant le parlement qui a conduit à la démission du ministre de l'intérieur et du président de l'assemblée nationale devrait continuer à affaiblir l'Etat central libyen lequel s'enferme dans le déni et n'a aucune chance de mettre fin aux trafics dans le sud du pays. Cette semaine le Premier ministre libyen, Ali Zeidan, a démenti que les auteurs des attentats au Niger soient venus de son pays.

Partager cet article

Repost 0

commentaires