Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

blog-expert-public.jpg

 

Recherche

28 mai 2007 1 28 /05 /mai /2007 19:02

Les grands médias occidentaux évoquent brièvement ces derniers jours les combats entre ceux qu’ils appellent les « frères ennemis du Fatah et du Hamas ». Mais cette terminologie commode permet de masquer les ingérences extérieures occidentales orchestrées pour miner l’unité du peuple palestinien.

 

 

 

 

L’actuelle crise qui déchire la Palestine s'enracine dans l'échec du ministre de l'intérieur du nouveau gouvernement d'unité nationale Fatah-Hamas, Hani al-Kawasmeh, à obtenir la soumission de Mohammed Dahlan, chef de la garde présidentielle et conseiller de la sécurité nationale, ainsi que de Rachid Abou Chbak, chef de la sécurité du président Abbas, tous deux membres du Fatah, ce qui a entraîné sa démission le 17 mai. (http://www.haaretz.com/hasen/spages/859556.html )

Dans la même semaine, pour prêter main forte à Dahlan et Abou Chbak, Israël a autorisé l’entrée à Gaza de 500 soldats palestiniens fraîchement entraînés sous coordination états-unienne en Egypte. Et, pour faire bonne mesure, dans la nuit du 23 au 24 mai, le gouvernement israélien, manifestait son respect de la démocratie palestinienne en faisant arrêter une trentaine de membres du Hamas dont les maires de Naplouse, Tulkarem, Qalqilya (http://www.europalestine.com/article.php3?id_article=2641), puis, le 26 mai, bombardait les locaux utilisés par la Force exécutive, une force de police du ministère de l'intérieur fondée par un membre du Hamas, et procédait à l’arrestation de ministres du gouvernement palestinien (http://www.liberation.fr/actualite/monde/256327.FR.php ).

En fait le président officiel de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, est cantonné dans une situation d’impuissance. L’homme fort en Palestine est Mohammed Dahlan, l’homme imposé à Abbas par Washington et les autorités israéliennes, et qui bénéficie de leur soutien militaire. Selon divers analystes comme Mark Perry (http://www.ism-france.org/news/article.php?id=6838&type=analyse&lesujet=R%C3%A9formes ), Dahlan était en fait la dernière carte dont disposait Washington pour faire échouer le plan de réconciliation patronné par les Saoudiens, dont la clé était de faire passer toutes les forces de police sous la coupe d’un ministère de l’intérieur politiquement neutre. Pour le journaliste Tony Karon (cité sur http://www.alterinfo.net/Un-Pinochet-palestinien-en-marche-_a8855.html), Mohammed Dahlan est une sorte de Pinochet palestinien qui a engagé un coup de force contre le gouvernement d’unité nationale Fatah-Hamas.

Son action s’inscrit plus largement dans le cadre d’une opération planifiée en 2006 par Elliot Abrams, vice-conseiller à la sécurité nationale de George W. Bush, néoconservateur, et qui consistait à déverser des millions de dollars et de munitions sur les services de sécurité présidentiels palestiniens pour en faire une force à leur service et au service d’Israël face aux élus du Hamas (parti majoritaire) - http://www.ism-france.org/news/article.php?id=6838&type=analyse&lesujet=R%C3%A9formes .

Abrams en tant que Secrétaire d’Etat adjoint aux droits de l’homme et aux affaires humanitaires puis Secrétaire d’Etat adjoint aux affaires interaméricaines sous Reagan a été souvent accusé d’implication dans l’action des escadrons de la mort et de la Contra en Amérique centrale dans les années 1980 (http://en.wikipedia.org/wiki/Elliott_Abrams).

Partager cet article

Repost 0
Published by Atlasaltern - dans Proche-Orient
commenter cet article

commentaires