Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

blog-expert-public.jpg

 

Recherche

7 mars 2007 3 07 /03 /mars /2007 18:49

Le 27 février 2007, à l'occasion de la célébration du 31e anniversaire de la République arabe sahraouie démocratique à Tifariti le président de la République arabe sahraouie (gouvernement en exil reconnu par une cinquantaine d'Etats) a critiqué certains Etats qui entravent le processus de décolonisation du Sahara occidental (http://www.elwatan.com/spip.php?page=article&id_article=62031). L'attaque vise la France et l'Espagne, accusées de soutenir le plan d'autonomie marocain arrêté en 2005, qui viole les résolutions des Nations Unies reconnaissant au peuple sahraoui le droit à l'autodétermination (voir l'interview http://www.elwatan.com/spip.php?page=article&id_article=62177). Le président du Conseil espagnol achevait hier le 6 mars sa visite au Maroc à la veille d'un réexamen de la situation du Sahara occidental par les Nations Unies. L'opinion publique de l'Espagne, ancien tuteur colonial de ce pays aujourd'hui occupé par le Maroc,  est très sensibilisée au problème. L'Audience nationale a demandé au juge Baltasar Garzon d’enquêter sur les accusations de « crimes internationaux » commis par « 32 dirigeants et militaires marocains » au Sahara-Occidental depuis 1975 (http://www.elwatan.com/spip.php?page=article&id_article=62575). La coalition de gauche Izquierda Unida a critiqué le 5 mars dernier l'orientation pro-marocaine du gouvernement Zapatero (http://www.larepublica.es/spip.php?article4368).

La diplomatie française au Sahara occidental sous le deuxième mandat de Jacques Chirac, placée sous le signe du soutien au Maroc, a, quant à elle, évolué vers un isolement croissant tandis que les Etats-Unis en 2003 se posaient de plus en plus en médiateurs entre les parties (http://www.bladi.net/imprimer-6667-la-france-et-le-dossier-du-sahara.html). Les partis de gauche en France soutiennent l'autodétermination du Sahara occidental, mais la question n'est pratiquement jamais abordée dans le débat public.

Partager cet article

Repost 0

commentaires