Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

blog-expert-public.jpg

 

Recherche

5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 06:33
L'Irak n’a pas été seulement spolié par ses agresseurs de sa souveraineté politique, de son patrimoine archéologique, de ses ressources pétrolières, mais aussi de sa souveraineté alimentaire.

En violation de la Constitution irakienne, et des conventions de la Haye et de Genève qui stipulent que l’occupant doit respecter la juridiction du pays occupé, l’administrateur provisoire Paul Bremer (un ancien collaborateur de Kissinger) a édicté, avant l’installation d’un gouvernement fantoche par Washington, cent ordonnances scélérates qui ont force  de loi et qui ne peuvent être abolies ni modifiées par aucun gouvernement irakien (article 26 de la nouvelle constitution). L’ordonnance 81 du 26 avril 2004 a livré le pays en pâture aux multinationales qui contrôlent le commerce mondial des graines, comme Monsanto (le fabriquant de l’agent Orange), Syngenta et Dow Chemicals. L’ordonnance 81 a rendu illégales les traditions antiques de sélection des meilleures semences par les agriculteurs pour les réutiliser d’une année sur l’autre, et les échanges entre voisins. (Selon la FAO, 97% des agriculteurs irakiens réutilisaient encore leurs graines, ou les achetaient sur le marché local en 2002). Par croisements, au fil des générations, ils avaient créé des variétés hybrides adaptées au dur climat de la région. Les agriculteurs « coupables » d’avoir semé des graines non achetées, ou dont le champ aurait été contaminé accidentellement, encourent de fortes amendes, voire des peines d’emprisonnement, la destruction de leurs récoltes, de leurs outils et de leurs installations (http://www.pressegauche.org/spip.php?article1596).

La nouvelle est publiée alors que la réduction des rations alimentaires menace l’Irak de malnutrition sévère et de famine. Le ministère irakien du commerce a en effet à restreint la fourniture d’aliments et de produits hygiéniques de base subventionnés dans le cadre du Système de distribution public. Le ministère a insisté pour dire que ces
restrictions étaient inévitables parce qu’on ne lui avait pas promis un budget adéquat pour 2008.En 2004, une étude réalisée par le World Food Program (WFP) trouva qu’au moins 6,5 millions d’Irakiens dépendaient fortement du programme de rationnement alimentaire (http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=3555). Il n'y a guère eu d'amélioration depuis lors.
 
Par ailleurs on apprend que s'est ouvert le 29 avril à Bagdad le procès de l'ex ministre des affaires étrangères de Saddam Hussein Tarek Aziz. Un Comité pour sa défense et celle des prisonniers politiques irakiens est créé à l'initiative de Gilles Munier qui a présenté un argumentaire sur l'innocence de l'ancien ministre quant aux crimes qui lui sont reprochés (http://www.stopusa.be/scripts/texte.php?section=BDBF&langue=1&id=25770). La liste des signataires comprend Jean-Pierre Chevènement (ancien ministre) - Michel Debray ( Vice-amiral en 2ème section) Général Pierre Gallois (CR) - Thierry Mariani (député)-Jacques Gaillot (évêque)- Paul-Marie Couteaux (député européen)- Pierre Levy (journaliste) - Bruno Drweski (maître de conférence) - Georges Labica (professeur émérite des universités) - Didier Julia (député).L'appel pour la libération de Tarek Aziz, reprenant les premiers signataires, a été ensuite relancé et élargi au niveau international par le parlementaire britannique George Galloway.Maître Jacques Vergès a déclaré qu'il assurera la défense internationale de Tarek Aziz comme le lui a demandé le Vice-Premier ministre il y a deux ans, demande confirmée le 29 avril 2008, par télécopie, par Ziad Aziz - fils du dirigeant irakien - et par Maître Badie (http://www.libertarek.blogspot.com/).

Sur le front iranien, Andrew Cockburn affirme que le président Bush aurait signé un décret secret allouant 300 millions de dollars à des opérations anti-iraniennes au Proche-Orient, incluant des assassinats de personnalités. Par ailleurs après avoir évincé l'amiral Fallon comme Centcom (commandant du United States Central Command qui couvre le Proche Orient, l'Afrique de l'Est et l'Asie centrale), Bush tenterait de hâter la nomination du faucon Petraeus. A cet effet toute une campagne est déployée auprès du Congrès pour le convaincre que l'Iran interfère par milices interposées dans les affaires irakiennes (http://www.counterpunch.org/andrew05022008.html).Le
26 avril, le Washington Post a rapporté que "le Pentagone prépare des actions militaires potentielles"
contre l'Iran (http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=8872).


Pour entretenir l'opinion publique étatsunienne dans un état d'esprit belliqueux, les Etats-Unis ont récemment déclaré qu'Israël a bombardé en septembre dernier une installation nucléaire syrienne construite avec l'aide des Nord-coréens. Ces allégations ont été mises en doute par la presse notamment The Independent, échaudée par les mensonges de l'administration Bush en 2003 (http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=8872).

L'establishment démocrate paraît peu susceptible de contrecarrer cette évolution à l'heure où Mme Clinton, qui s'est récemment vantée d'être prête à "anéantir totalement" (totally obliterate) l'Iran en cas d'attaque contre Israël, est en train de regagner de l'influence contre son rival Obama (http://www.nationalinterest.org/Article.aspx?id=17590). Celui-ci est de plus en plus attaqué pour ses positions sur le Proche-Orient. Ses adversaires lui
reprochent le choix de ses partisans : Zbignew Brzezinski, ex-conseiller à la sécurité nationale du président Jimmy Carter, qui a pris le parti des auteurs d'un ouvrage critiquant l'influence du "lobby pro-israélien" (dit "Aipac") à Washington, et Robert Malley, ex-conseiller du président Bill Clinton sur le Proche-Orient, favorable à une négociation avec le Hamas palestinien. Le 25 avril, le candidat républicain John McCain a qualifié M. Obama de "candidat préféré du Hamas". L'équipe d'Hillary Clinton, sa concurrente démocrate, distribue les pamphlets d'Ed Lasky, un ultra-conservateur qui a consacré 10 de ses 25 dernières chroniques dans American Thinker au seul thème d'Obama et Israël. Lorsque ce dernier explique qu'il entend "combler le fossé croissant entre les musulmans et l'Occident", Daphna Ziman, conseillère de Mme Clinton, se dit "horrifiée" : "Il n'affirme pas le droit d'Israël à exister." (Le Monde 3 mai 2008)

Deux flottes offensives de porte-avions sont maintenant près de l'Iran et une autre serait en route. À la fin mars, l'Arabie Saoudite s'est exercée à faire face aux retombées nucléaires qui surviendraient à la suite d'une attaque US contre l'Iran. Au début avril, Israël s'exerçait à affronter des tirs de représailles de missiles suite à une attaque US contre l'Iran. Tout le monde dans la région se prépare à un bombardement de la centrale nucléaire et les installations d'enrichissement d'uranium de l'Iran. Les États-Unis auraient défini quelque 10 000 cibles en Iran. Les principales sont l'ensemble des installations nucléaires, y compris la centrale nucléaire de Bushehr sur la côte du Golfe Persique, près du Koweït, et les installations d'enrichissement de Natanz près d'Ispahan.

Jamais dans toute l'histoire ne s'est produit le bombardement délibéré de centrales nucléaires et d'installations d'enrichissement nucléaire en activité.

Selon Floyd Rudmin en 1981, une étude de « Fetter and Tsipis » parue dans le magazine « Scientific American » portant sur « La propagation catastrophique de la radioactivité » estimait que le bombardement d'un réacteur nucléaire rendrait inhabitable une superficie équivalente à 8 600 milles carrés [1 mille = 1,609 km] autour du réacteur, tout dépendant de la façon dont le vent soufflerait. Bombarder le réacteur de Bushehr signifierait qu'une bonne partie des réserves de pétrole de la région deviendraient instantanément inaccessibles
(http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=8851). Sur les autres conséquences humaines d'une éventuelle guerre contre l'Iran voir : http://atlasalternatif.over-blog.com/article-12619077.html.
 
Post scriptum : Le 6 mai 2008 à l'espace AGECA à Paris avait lieu la présentation de l'ouvrage "Irak : la parole à la résistance"‏ (éditions le Temps des Cerises) par l'Appel franco-arabe. Voici quelques images des interventions - par ordre d'apparition dans cette vidéo : Yves Vargas, René Lacroix, Francis Combes, Sliman Doggui, Bruno Drweski, Toufik Helali, Gilles Munier (Vidéo publiée sur le blog de Frédéric Delorca).


Partager cet article

Repost 0
Published by Atlasaltern - dans Proche-Orient
commenter cet article

commentaires