Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

blog-expert-public.jpg

 

Recherche

3 décembre 2007 1 03 /12 /décembre /2007 10:30
La multiplication des offensives sur plusieurs fronts (réforme constitutionnelle, ALBA, solidarité avec l'Iran, action au sein de l'OPEP, affrontement diplomatique avec l'Espagne, création d'un parti de gauche unifié) n'aura pas porté chance à Hugo Chavez ce dimanche. Le président vénézuélien a perdu le référendum constitutionnel où le "non"  serait légèrement au dessus de la barre des 50 %, et a reconnu immédiatement la défaite (http://www.aporrea.org/actualidad/n105762.html). Cette réforme ancrait le processus bolivarien dans la référence au socialisme et devait mettre fin à la limitation dans le temps du nombre de mandats qu'un même président pouvait exercer. venez.png

Il est vrai qu'une fois de plus les grands médias planétaires (http://www.oulala.net/Portail/article.php3?id_article=3202) et vénézuéliens (http://www.aporrea.org/actualidad/n105689.html) avaient investi de gros moyens dans le soutien au "non". Un document confidentiel daté du 20 novembre avait été publié le 27 novembre dans la presse bolivarienne faisant état d'un plan coordonné depuis les Etats-Unis même. Signé par Sr. Michael Middleton Steere, haut fonctionnaire de la CIA, il avait pour objet la "phase finale de l'opération Tenaille" (Tenaza), qui prévoyait notamment de faire descendre les gens dans la rue pour contester les résultats en cas de victoire du "oui". Selon ce plan 8 millions de dollars avaient été dépensés dans la propagande anti-réforme (http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=90591). 

Dès ce matin, dans la mouvance bolivarienne, le site aporrea.org publiait des appels à la réflexion collective.

En Russie en revanche, Vladimir Poutine peut se féliciter de la victoire de son parti Russie unie qui remporte, selon des résultats provisoires, 64,1 % des voix (source AFP) aux élections à la Douma devant le Parti communiste de la Fédération de Russie (11,6 %), le parti nationaliste LDPR (8,1 %) et Russie juste, un parti de gauche favorable à Poutine (7,8 %). Les libéraux divisés ne seront pas représentés au Parlement, aucun de leurs partis n'ayant atteint la barre des 7 %. Le taux de participation a été de 63 %, soit 8 points de plus qu'en 2003.  stbasile_spasskayatower_red_square_moscow.hires-1.jpgLes pro-occidentaux en Russie ont mis en cause les déséquilibres de la campagne électorale et la régularités de certains décomptes. Toutefois il n'est pas établi que ces manipulations, à les supposer avérées, aient eu plus d'impact sur le résultat du vote que le lavage de cerveau médiatique, qui sévit à longueurs d'années dans les pays occidentaux, n'en a sur nos propres scrutins.

FD

Partager cet article

Repost 0

commentaires